lundi 2 janvier 2012

Les vœux de l'Hippopotable



Chers auditeurs, chères auditrices,

En ce début d'année, je me retourne avec émotion vers les douze mois écoulés, et je me dis : «ouh, il faut que j'aille voire mon ostéopathe». Puis, après m'être fait remettre une vertèbre en place, j'ajoute : «que de chemin parcouru» ! Il est loin, ce petit blogue provincial, fait de bouts de ficelles, imprimé à la va-vite sur du papier volé à des gitans, écrit par des amateurs malnutris, truffé d'à-peu-près et ressassant sans cesses les mêmes thèmes (pangolins, curés, atome...). 
Quel chemin nous avons parcouru ! L'Hippopotable est aujourd'hui un blogue classé parmi les 12 514 périodiques les plus influents du Nord-Pas de Calais (hors Lille, Arras et Valenciennes), animé par une équipe de cinq permanents dont 1/2 CDI, et qui compte des dizaines de fidèles auditeurs, dont plusieurs sont encore vivants au moment où je tape ces lignes (sauf information contraire de la maison de retraite «Les Jardins d’Énurésie" à Château-Bougon, Loire-Inférieure, à qui nous avons vendu un «Forfait escroquerie Alzheimer» en mars dernier).
Paul, "votre ami, tout simplement". Photo non contractuelle.

Ce succès, c'est avant tout celui d'une équipe, et c'est à elle que je tiens à rendre hommage en ce deuxième jour de l'année : malgré son incompétence, sa paresse, son penchant pour la boisson et la violence, elle a su, jour après jour, vous distraire et vous informer, toujours avec le sourire.

Les nombreuses épreuves traversées cette année (hausse continuelle du prix du papier carbone, perte de notre étiqueteuse Dymo (1), pénurie de biscuits Tuc, décès de membres de l'équipe) n'ont en rien affecté son dynamisme, et, j'ose l'écrire, sa «gnaque».

René Leduc fait des mots croisés tandis que Raymond Cartier sabote la chaudière.

Josiane Cartier veut une mitrailleuse lourde. Danielle Génault est de bon conseil.

Jacques Courtois travaille sur un projet qui va faire sensation.
 Merci donc à vous tous, chers collaborateurs, hommes, femmes et produits de mon esprit vaguement schizophrène, pour votre travail, et un seul message : continuez au cours des douze prochains mois à tenir les huissiers à distance.



(réclame)

(1) Elle était dans le tiroir droit du bureau de Josiane Cartier.

10 commentaires:

all a dit…

"Les jardins d'eunurésie"... mais où va-t-il chercher tout ça.

Claudine a dit…

Encore un bêtisier de l'année passée!!!
Mais bon, le vôtre est VRAIMENT drôle, alors je vous pardonne...et j'attends une nouvelle année 2012 du même acabit! (y'a intérêt)

Anonyme a dit…

et surtout, la santé !

Lepoilux a dit…

Persévérez, mon cher. Les actualités que vous publiez, même avec un léger décalage de 50 ans, sont une mine inépuisable de renseignements et je suis persuadé que vous trouverez, au seuil de cette nouvelle année, mille et une anecdotes d'aussi piètre qualité que celles de l'année dernière.
Puisque j'en suis aux éloges, je veux ici féliciter votre fidèle lectorat pour sa constance, sa ténacité mais surtout pour son indulgence à votre égard.

Perugin a dit…

De la "gnaque" ????
Mais enfin Monsieur Paul, controlez vous que diable !
Purgez vous de quelques verres d'Hépatoum, après ces fêtes, afin de redonner à votre plume ce lustre qui lui seyait tant l'année dernière encore.
Nous mettrons cet écart sur le compte de la fatigue d'après fête, ou de la fraicheur douteuse d'une huitre de réveillon.
Soignez vous bien, M. Paul, et profitez de ces 365 prochains jours pour regagner la confiance des lecteurs contrariés de la clinique "le Bel Age", à Crempigny-Bonneguête, bât C, Secteur 12, dépt 5, porte "gériatrie" (il suffit de suivre la ligne bleue au sol depuis l'accueil).
Au plaisir de vous relire.

Anonyme a dit…

ah tiens, j'avais par erreur commenté sous le ridicule sobriquet d'«Anonyme».

Ysabeau a dit…

Quelques "à peu près", voyons vous être bien trop modeste cher ami, une collection complète avec les doubles serait plus adapté.

Tout comme vous, je me réjouis que vous ayez retouvé cette merveilleuse petite pince étiqueteuse qui vous manquait tant, cela se voyait et me chagrinait. Mais comme vous avez su rester stoïque dans la tourmente, je n'osais vous en parler de peur d'accroître vos souffrances.

Puisqu'on parle de souffrance, je ne remercie pas le malotru qui a évoqué (invoqué ?) l'Hépatoum. Il ne faut pas avoir été obligé d'en boire avec de l'eau de Vichy pour en parler avec autant de légèreté.

Don Draper a dit…

A quand l'édition papier truffée de réclames ?

Anonyme a dit…

Je comprends pas tout mais ça va beaucoup mieux. Le docteur avait raison. Continuez SVP.

Marcel

Monsieuye Am Lepiq a dit…

Et que vive longtemps encore
votre Astra Magazine !

(& Vive Mlle Ronche & vivent les « poussins de Mouzauge » !)