samedi 29 septembre 2012

Six spectacles affligeants pour l'automne

La mort, la solitude, la pauvreté, les interruptions inopinées de la réception de la deuxième chaine, l’eczéma : autant de soucis que vous tentez peut-être de fuir à l’aide de divertissements futiles, et vains.

Pour vous aider dans cette entreprise vouée à l’échec, nous avons sélectionné les meilleurs spectacles de  la rentrée. Réservez rapidement vos places si vous ne voulez pas ajouter aux cruelles morsures de la vie une déception supplémentaire, celle de trouver closes les portes du piètre réconfort offert par les saltimbanques.


 Opérette : 
Linda de Nœux-les-Mines

Un spectacle léger et enchanteur, qui nous entraîne du monde féérique de la mine jusqu’aux paillettes des plus grands palaces deux étoiles d'Amérique
Linda, petite lampiste tuberculeuse de quinze ans, a un rêve : devenir danseuse étoile. Grâce à un mécène riche et libidineux, elle va pouvoir le réaliser, et être embauchée pour une incroyable tournée sous les tropiques, avant de rendre le dernier soupir sur scène.

La scène clé du spectacle : un constat d’échec qui fera réfléchir plus d’une écervelée.


Fantasmagorie en patins
HITLER sur GLACE

Les « Skating Vanities », la célèbre troupe de Vierzon, revient sur piste dans un tourbillon de légèreté, de strass et de sueur. C’est le thème très distrayant du nazisme qui a inspiré cette nouvelle production. Quelques tableaux méritent à eux seul le déplacement, mais dans une direction opposée à la scène : «Le Triple Axel de l’Axe », « La nuit des longs salto », « Anschluss tout Schuss ».

Gloria Nord étant allergique à la glace, le spectacle est composé d’une courte introduction en patins à roulettes puis de cinq tableaux avec des marionnettes de guignol.



Comédie Musicale
Les demoiselles de Rochefort 2 : l'affrontement

Une suite audacieuse du chef d’œuvre de Jacques Demy. On retrouve avec plaisir les personnages joués dans le premier film par Catherine Deneuve et Françoise Dorléac, ici mis au goût du jour par les talentueux Marco Pinel et Jimmy « le dentiste » Duval.  La musique originale, inspirée de Michel Legrand, est troussée avec brio par les Dead Dead Rats, une formation musicale éthylique de la Somme, douée d’une belle énergie.

Solange et Delphine interprètent à nouveau le célèbre morceau
 « nous sommes des soeurs jumelles »
(fredonnez-le devant votre récepteur pour vous mettre dans l’ambiance).


Comédie
Gérard, où est ma serviette ?

Le théâtre de Boulevard au mieux de sa forme. Une comédie rondement menée, suite de quiproquos hilarants. Des personnages truculents, des situations rocambolesques, des répliques qui font mouche : "Un rideau funeste s’est tiré devant moi, et le spectacle de la vie infinie s’est métamorphosé pour moi en un tombeau éternellement ouvert.  Peut-on dire : « Cela est, » quand tout passe ? quand tout, avec la vitesse d’un éclair, roule et passe ? quand chaque être conserve si peu de temps la quantité d’existence qu’il a en lui, et est entraîné dans le torrent, submergé, écrasé sur les rochers ?"


On rit, on rit, on en redemande, et puis, le rideau se baisse, on doit retourner à sa morne existence et on maudit Jean-Pierre Chandail d’avoir écrit une pièce si drôle.


One-man show :
Les enrobés drainants

André Brancart, ingénieur des Ponts-et-Chaussées et sous-directeur de la Direction Départementale de l’Equipement de la Nièvre, fait salle comble tous les soirs à la Maison du Ciment pour sa conférence-fleuve sur les revêtements de chaussée à gros granulats.
Il faut assister à sa fameuse tirade sur les bétons bitumineux pour avoir un aperçu des sommets que peut atteindre l’esprit « à la française » .

«  C’est la sous-couche de concassé 60/80, Jojo, c’est la sous-couche ! » Les rires fusent dès les premiers mots de cette réplique qui a fait le tour des DDE de la France entière.


Et si vous êtes un grand brûlé ?
Ciné-plafond : nuit Igor Panarine

L’Hôpital des Enfants Condamnés impose à ses pensionnaires alités de force une rétrospective du médiocre réalisateur russe (1884-1931). 
Au programme : « Une nuit au goulag », « Mort d’un moujik », 
« Courage camarade Lyssenko », « L’hiver sans fin, sans fin, sans fin ».


Bien des spectateurs en viennent à souhaiter de basculer dans un monde moins sinistre : le but est atteint. Demain, trois lits seront libérés.


(réclame)





Si vous avez aimé cette sélection, merci de bien vouloir cliquer sur la vignette ci-dessous, afin de manifester votre soutien à ce blogue :


5 commentaires:

all a dit…

lol

singeon a dit…

"Le triple Axal de l'Axe", merci !

Kolia a dit…

Je suis très intéressé par la retrospective, vite vite allons dans mon drugstore local réserver mes places !

Soopmiso a dit…

C'est réservé pour le concassé !

pièce détachée a dit…

Restons dans la Nièvre si vous le voulez bien, avec cet enregistrement restauré d'un spectacle futuriste avec musique conçue spécialement. Le beau le dispute à l'insolite. Les foules éthyliques du département rescapées du bar de la Maison du Ciment le visionnent plein écran en after pour hâter le sabotage du foie.

Francky Magic Show, des millions de spectateurs purgés !