jeudi 24 mars 2011

Nos collaborateurs ont du temps à perdre

«Quand on ne recule pas, on avance», nous disait récemment un consultant en organisation, entre autres sornettes. Cette phrase nous a fait réfléchir : nous reposer sur nos lauriers, profiter des mille avantages que confère la notoriété de ce blogue (1) , serait tentant, mais également synonyme d'embourgeoisement, de mollesse, d'apathie et de rapide dégénérescence de nos facultés mentales.

Nous avons donc réuni notre équipe afin de faire un rapide tour de table des projets de développement à notre portée (avec un budget de 27 NF). Il s'avère que la plupart d'entre nous sont bien incapables de proposer quoi que ce soit de nouveau.


Qui va accepter de devenir chef du projet «Nouveaux marchés, travail supplémentaire ?»



Raymond Cartier est occupé à 102% par ses reportages et enquêtes (les soucoupes volantes, les super-français, retrouver le bouchon du réservoir de son Solex). René Leduc est tout entier absorbé par son prototype de tabouret. Josiane Cartier a bien du mal a rédiger ses chroniques de l'Hippopo-madame, et Danielle Génault n'a guère de temps entre le ménage, la vaisselle, la rédaction de toutes les rubriques, la cuisine, les travaux de terrassement, les factures et le repassage de nos cravates.


Nous étions sur le point d'aller déjeuner lorsqu'une voix timide s'éleva du fond de la salle. «Moi, j'ai une proposition». Il s'agissait du dénommé Paul, l'homme de paille qui signe ce blogue afin d'éviter tout ennui avec la justice à nos collaborateurs.
Confiné dans un bureau insalubre entre la chaudière atomique et l'atelier de découpe d'amiante, ce garçon brillant a toutes les qualités requises à la création d'un nouveau projet : du temps, de l'énergie, des idées novatrices, un oncle millionnaire, une absence totale de compréhension du droit du travail.

Nous l'avons donc encouragé à développer son propre blogue. Il s'agit d'une distrayante compilation de vignettes humoristiques. Visitez le sans délai !



  Paul présente un de ses dessins humoristiques à l'équipe embarrassée.




(réclame)

(1)  bons d'achats sur les parpaings à Bricol-Land, casquettes publicitaires «Votez Michel Noir» (15000), invitations au gala de promotion de la tanche, propositions alléchantes de lectrices (une soirée Scrabble, un repas au Flunch de Pruillé-le-chétif), propositions alléchantes de lecteurs (partie de chasse en Auvergne par un certain VGE).

5 commentaires:

Lepoilux a dit…

Ah, enfin. Il était plus-que-temps, Monsieur Paul, que vous repreniez en mains les rênes d'un blogue abandonné aux divagations alcoolisées de collaborateurs peu scrupuleux et aux sens lénifiés par l'apparition récente de la sculpturale Josiane. (que le monde des publicistes vous envie)
Du sang neuf, que diable, si le vieux fait défaut! Hardi!
(Au passage, si votre oncle millionnaire pouvait avoir la bonté d'un geste...)

Appas a dit…

Avec un garçon de la trempe de Paul il est certain que vous allez décrocher de nouveaux contrats plus que juteux. Et je m'en réjouis. Car la stabilité financière de toute l'équipe sera désormais assurée, et tous pourrez vous livrer à vos talents de publicistes avec l'enthousiasme et la bonne humeur dont, toujours, les chemins de la réussite son jalonnés. Hourrah pour Paul et toute la bande !

Anonyme a dit…

Et bien cela tombe bien ! Puisque vous avez enfin décidé de "ne plus dormir sur vos lauriers", pourriez-vous m'en envoyer quelques feuilles pour mon pot-au-feu de dimanche prochain, je reçois belle-maman et ne voudrait la décevoir...
Finalement, c'est fou ce que l'on peut trouver sur ce magazine ! Quel talent ce Monsieur... (Janine, vous pourriez complèter ce bas de lettre, s'il vous plait, j'ai un ragout sur le feu)

cedamott a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
bestiole a dit…

je le savais ... oui oui depuis le temps que je le dis