mercredi 13 février 2013

L’Hippopo-Madame : cinq conseils pour la Saint-Valentin



Salut les amies ! C’est Josiane Cartier qui vous parle. J’étais en train de vérifier mon planning de repassage pour le premier semestre, lorsque j’ai réalisé que la Saint-Valentin approchait. 



Et justement, en époussetant la bibliothèque mardi dernier, je suis tombée sur un bouquin sensationnel écrit par une certaine Gina Terraciano.



Gina donne dans son livre  « Vie et mœurs des calamars » une foule de bons conseils sur le sujet qui nous préoccupe toutes, nous, les femmes : comment rouler des yeux de façon inquiétante
Et aussi, la jeune sicilienne nous apprend comment obtenir et garder l’amour (des hommes). Il me semble bon de vous faire part de ses conseils avisés.


LES CONSEILS SÉDUCTION DE GINA TERRACIANO 
et de Herr Strumpelkopf


avec notre partenaire commercial 
Aspartat, spécialiste des affaires du cœur 




1- Ne le lâchez pas d’une semelle


Vous pensez avoir déniché l’oiseau rare, beau, aimable, galant, chevalier des arts et des lettres, pilote d’hydravion et dénué de maladie de peau répugnante ? Ne courez aucun risque de le voir s’échapper arguant d'un rendez-vous professionnel ou d’une opération du pylore : collez-le.

Mon truc : prétextant une retouche indispensable, empruntez-lui un moment sa veste, son blaser, son trench-coat ou sa robe de bure, et cousez-y discrètement un large rectangle de « Velcro » ®. Vous aurez pris soin d’en recouvrir l’avant de votre robe : il vous suffira alors de vous presser un instant contre lui pour y rester accrochée sans effort.

2- Offrez lui un chiot


N’est-il pas adorable ? L’élu de votre cœur ne saura plus s’en séparer, et vous pourrez saisir le prétexte de jouer avec son petit animal pour lui rendre visite fréquemment.

3- Jouez avec lui


N’hésitez pas à lui demander de vous montrer ses petites voitures, car les hommes, on le sait, sont de grands enfants ! Eh oui,  ils sont joueurs et immatures, et ils aimeront vous voir manipuler leurs ridicules engins.
Nos chers grands gosses sont aussi gourmands et étourdis, c’est ce qui fait leur charme. Têtes en l'air, menteurs, et dénués de sens pratique, c’est si vrai. 
Ils sont également lâches, égoïstes et faibles. Ma mère avait raison. 
Les salauds. Paresseux, volages et brutaux, ils vont boire et dilapident l’argent du ménage en Dinky Toys avec des gourgandines. 
Et ils ne savent jamais où ils ont mis leurs pantoufles
Oh, je les déteste. 


4- Allez droit au but


Les hommes aiment le sport, et en particulier le football. N’hésitez pas à aller sur leur terrain : vous arriverez à vos fins plus sûrement qu’en fréquentant cours de crochet, ongleries ou usines d'équarissage.

5- Trichez


NDLR : Strumpelkopf signifie « tête de flan » en dialecte Rhénan.



Réclame


11 commentaires:

Ysabeau a dit…

Ah je dois dire que, pour le coup des pantoufles...

François a dit…

Dilapider l'argent du ménage avec des gourgandines ! Vous y allez un peu fort tout de même !

L'homme harassée par une journée de labeur épuisante trouve simplement un peu de réconfort le soir en buvant du champagne avec quelque jeune fille de bonne compagnie. Voilà tout. Pas de quoi être cloué au pilori !

Soopmiso a dit…

Dans l'illustration du quatrième commandement, apparaît en arrière plan le très sélect club hippique Youri Nikiforov. Pratiquer le football ne suffit pas, il faut également maitriser le trot attelé !

Lepoilux a dit…

Monsieur Paul,
votre site, distrayant en diable, documentaire, informatif, artistiquement scientifique, ludiquement rigoureux et dont les passionnantes chroniques tiennent en haleine un lectorat peu regardant, a laissé ouverte une brèche dans laquelle l'Antifrance n'a pas hésité à s'introduire.
Je parle de certain commentaire, publié dans un patois primitif que seuls les habitués de patates chaudes, poisson bouilli à la sauce worcestershire et petits pois à la menthe peuvent entendre.
Cette cinquième colonne ne saurait nous surprendre ni cette propagande séduire un bon Français.
Néanmoins, par égard aux si nombreux commentaires édifiants que vous êtes obligé d'émonder pour la compréhension de tous et lau caractère aérien de votre espace d'expression, enfin par devoir d'édification de notre jeunesse insouciante qui ne peut percevoir la perfidie de certains messages outre-channel, il me semble qu'une lecture attentive des contributions à la critique de vos articles devrait être un tant-soit-peu effectuée de manière plus pointue.
Cordiales salutations.

Paul Martin a dit…

Lepoilux, je vous ai compris. La chienlit, qui tente trop souvent de profiter de l’ouverture de ce blogue à tous, a été remise à sa place. Restons vigilants toutefois.

Anonyme a dit…

Monsieur Lepoilux,
je vous trouve bien léger de traiter le lectorat en haleine de ce blogue de, et je vous cite: "peu regardant".
il me semble au contraire que notre esprit hautement critique seul nous maintient en ces lieux, et que si des abus sont commis sur ces pages d'échange épistolier, cela est le fait non d'un lectorat mais de machines (de chair et de sang, ou de métal, peu importe) sans cervelle.
Bien à vous,

Anonyme a dit…

Monsieur Martin,
Votre bonté irait-elle jusqu'à effacer le rouge de mon front en corrigeant mon "épistolier" ci-dessus avec "épistolaire"?
je vous en serais vraiment reconnaissante.
Ma cervelle était au repassage et j'ai dû bâcler mon propre planning en espérant lire la chronique de Mme Cartier à tête reposée. De toute évidence, je me suis surestimée.

Paul Martin a dit…

Hélas (ou : Dieu merci ?), il m’est impossible de modifier le contenu des commentaires des auditeurs de ce blogue. Je vous invite à contacter tous les lecteurs de ce billet par courrier postal afin de leur envoyer une version amendée de votre commentaire. Ou, plus rigolo : faites-vous élire à l’Académie Française et ajoutez le terme « épistolier » au vocabulaire dûment validé par les Immortels.

Lepoilux a dit…

Décidément!

voyance sérieuse a dit…

très sexy la footballeuse ;-)

Lepoilux a dit…

Décidément!
Décidément!!