mercredi 1 septembre 2010

Rentrée 2010 : les prédictions du Comte Dante

Comme tous les ans en pareille période, nombreux sont nos auditeurs dévorés par l'anxiété et hantés par des questions sans réponse.


Pourrai-je honorer mes dettes de jeu ? Le spectre du chômage s'étendra-t-il sur mon foyer ? Mes enfants échapperont-ils à la scarlatine cet hiver encore ? La gangrène me gagnera-t-elle ? Sauterelles, termites et hyènes s'attaqueront-elles à mes maigres biens ? Une collision entre ma commune et une comète d'anti-matière est elle probable d'ici mi-octobre, et dans ce cas, les transports en commun seront-ils affectés ?




L'Hippopotable a donc, une fois de plus, décidé de faire appel au Comte Dante, le fameux médium, maître de la Secte du Dragon Noir, Champion du Monde dans la catégorie des Experts et licencié es droit fiscal. 



Le comte Dante a exigé d'être photographié dans cette pose et avec cette lumière inquiétante. Il a également réclamé une avance de 50 000 NF.





C'est dans son lointain nid d'aigle de l'Orient (un immeuble proche de la gare de l'Est) que nous sommes allés retrouver l'homme le plus redoutable du monde pour lui demander ce qu'il fallait accepter avec résignation et attendre dans la ferveur au cours des mois à venir.



Voici donc maintenant les augures du devin au nœud papillon blanc :


Ecole : une rentrée placée sous le signe de la délation

Elle baisse la main de façon suspecte lors du Salut Matinal aux Héros de la Patrie


Cette fillette (entourée d'un cercle noir) sera déportée avec sa famille pour participer à un programme semi-volontaire de tests dermatologiques chez l'Oréal. Les ligues anti-vivisection applaudissent cette initiative qui sauvera de nombreux cochons d'Inde de dermatoses et autres excès de sébum.



Politique : la résurgence du Stalinisme

"Il n'était pas si mal que ça"


Voilà qui résume le discours de bien des jeunes à qui on demande ce qu'ils pensent du Petit Père des Peuples. Les rumeurs concernant son clonage imminent grâce à des poils de moustache découverts intacts dans un sovkhoze proche de Novosibirsk n'ont pas été démenties par le PCF. Enfin un homme providentiel qui pourrait unifier la gauche ?


Jeunes : l'engouement pour les «Tricot Party»

Enfin un loisir sain pour nos jeunes. 


Avec l'avènement du couvre-feu obligatoire pour les moins de 35 ans et la désaffection pour l'alcool et les drogues, le tricot va opérer un retour aussi spectaculaire qu'inattendu comme "loisir numéro 1 des 15-40".



Mode : la folie du bonnet de Castor Junior


Il permet d'arborer fièrement une magnifique queue en public


Oui, l'accessoire dans le vent cet automne sera sans aucun doute le fameux bonnet en raton laveur (1). Jeunes et moins jeunes (notre photo) en viendront aux mains pour s'approprier ce couvre-chef aussi confortable qu'élégant.



Merci au Comte Dante pour ce petit aperçu des tendances de la rentrée. Vous le voyez, chers auditeurs, aucune catastrophe chimique, nul effondrement bancaire et rien à craindre du côté de nos colonies.


(réclame)





(1) Aucun raton laveur n'a été tué pour réaliser cette photo. La peau a été prélevée sur un raton-laveur dejà clamsé.

7 commentaires:

Lepoilux a dit…

Cher Monsieur Paul,
votre article sur les prédictions du sinistre Comte Dante m'amène à quelques commentaires:

Votre première bélino montre Jean et Jeannette, les célèbres duettistes dans leur numéro "Les Inséparables Siamois", qui ne sont en fait qu'une seule et même personne nommée Janus Bifrons.

La deuxième illustration n'est autre que le Comte Dante ayant renversé sa sauce tomate dans le transmetteur de son bélinographe. Rien d'inquiétant donc, si ce n'est un tremblement d'évidente origine alcoolique.

Photo N°3: d'innocentes élèves de l'Ecole des Filles de Bouguenais en Loire-Inférieure s'initiant au maniement du Yo-Yo. A cette époque sombre de restrictions, il n'y avait qu'un seul Yo-Yo que l'on peut apercevoir sur le dernier pupitre et que la maîtresse n'utilise pas par souci d'économie. Les élèves font donc "semblant".

Passons à la quatrième image.
Que de souvenirs, que d'émotions! On aperçoit dans la perspective de la Brandenburger Tor, en avant-dernier plan, la petite Angelina Merkel quittant le siège de la Freie Deutsche Jugend, à droite, Berlin Unter den Linden, pour aller à la Gesellschaft für Deutsch-Sowjetische Freundschaft, Berlin Treptow, pour se gaver de Bockwürste sudètes qui consistaient à l'époque d'un ticket de saucisse entre deux tickets de pain, spécialité riche en graisses animales dont l'absorption massive explique la silhouette replette de notre Reichskanzlerin préférée. Nous apercevons aussi très nettement au 129è rang Mr. Rudi Dutschke embrassant goulûment le jeune Dany Cohn-Bendit.

La pénultième illustration nous montre le spectacle déplorable d'une jeunesse désoeuvrée, les pieds sur la table "à l'américaine"; (seuls deux de ces hurluberlus ont eu la décence de la protéger par des journaux). On en aperçoit aussi, à gauche, deux autres qui font "semblant". Pitoyable.

Quant au personnage anglo-saxon et satisfait, il n'avait pas à se coiffer de la sorte pour paraître totalement idiot.

Il me semble Monsieur Paul, et pour conclure, que votre secrétariat rédactionnel manque, en cette période post-estivale, d'un minimum de rigueur.

Lepoilux a dit…
Ce commentaire a été supprimé par son auteur.
Lepoilux a dit…
Ce commentaire a été supprimé par son auteur.
Ysabeau a dit…

Pour le tricot, le divin est légèrement en retard d'un paquet d'années. Ça fait longtemps que les tricot-partie se font, maintenant on appelle cela des tricot-thé et il y a une journée mondiale du tricot en public aux alentours du 12 juin. Il y a même un réseau social spécialisé.

Ses autres prédictions sont donc extrêmement sujettes à caution.

jerome a dit…

C'est vrai que, finalement, le bonnet en castor c'est pas si mal !

Ce commentaire n'a pas encore été supprimé par l'auteur

Virginie a dit…

Dicton de rentrée :
"A celui qui a coiffé sa toque en pangolin,
peu importe que le fiel lui tombe sur la tête."

Anonyme a dit…

j'ai croisé le comte Dante Jeudi dernier au Balto (75010) et il me disait etre sur un gros coup... je comprends mieux !

Michel, Odéon 12 17