vendredi 24 septembre 2010

Rizeults ov our liteul compéticheun

La dernière chronique de notre blogue littéraire comportait en annexe un petit concours mettant à rude épreuve vos talents de traducteurs. Nous pensions recevoir au plus quelques dizaines de réponses. Mais nous n'imaginions pas que plusieurs centaines de participants viendraient dans nos locaux pour donner leur interprétation  des énigmatiques maximes à traduire.


«Seumm pi soupp ! Seumm pi soupp !» scandaient les visiteurs

Il nous fallut quelques heures et les services d'un interprète indonésien pour découvrir qu'en pidgin-english des îles Andaman et Nicobar, "Seumm pi soupp" signifie «Aujourd'hui, nous distribuons gracieusement des photos dédicacées de Gina Lollobrigida à nos aimables auditeurs».

Le temps de calmer les esprits échauffés des naturels Andamanais et Nicobaris à l'aide quelques hectolitres de mauvais alcool de riz, nos locaux retrouvaient leur habituelle atmosphère suintant l'ennui.

Heureuse surprise ! Dans la corbeille "courrier en arrivée", parmi quelques brochures publicitaires et la presse du jour, se trouvaient tout de même quelques messages réellement destinés au concours d'interprétariat.


La presse du jour : dans notre métier, la qualité des sources d'information est primordiale


Deux concurrents, messieurs Philippe M. de Nantes et Lepoilux, déjà connus de nos services (notamment le service contentieux), ont chacun livré une interprétation également valable des maximes à traduire. Nous avons donc décidé de leur décerner ex-aequo le lot promis, soit une magnifique image inédite.


Heureux gagnants : il vous suffit de cliquer sur l'image ci-dessous pour découvrir l'image qui vous est attribuée. Vous pourrez ensuite la reproduire depuis l'écran de votre bélinographe, à l'aide de papier calque.

Oui, cliquez sur l'image. Merci à nos auditeurs qui ne font pas partie des lauréats de s'abstenir d'une telle manipulation.


Les réponses des lauréats
Lepoilux a dit… 
1:Un peu de soupe de pois
2:Par ici, la salle à manger
3:C'est aussi très facile puisque ce n'est qu'une tache de graisse.
4:Merci, pouvons-nous dîner à cette table dans le coin, nous serons quatre personnes
5:Avez-vous de la bière brune?
6:pouvez-vous me prêter une aiguille et du fil noir? Avez-vous un dé à coudre?
Philippe M., de Nantes a dit… 
1 Some Pi soup : un peu de soupe trigonométrique
2- c'est par ici pour danser la rumba en dinant
3- Tres facile, car c'est un spot (de glisse ?) graissé d'avance
4- Donne nous ta meilleure table, car nous sommes quatre personnalités médiatiques d'importance ("pipeul") Goude baille ande çannk iou
5- Avez vous du Picon Bière ?
6- Pourriez vous me preter une aiguille et du fil noir, que je couse le symbole de l'hippopotable sur mon blazer ?

Bravo à Lepoilux pour la traduction de thumble (dé à coudre).
Bravo à Philippe M. pour sa fameuse moustache
Merci aux autres concurrents, dont les messages sybillins sont les bienvenus, if, if !

 (réclame)


8 commentaires:

Philippe M., de Nantes a dit…

Epatant !
Je suis très heureux d'avoir gagné cette rude compétition, et étant un homme de fair play, je n'en veux même pas à Lepoilux de devoir partager cette distinction avec lui.
Par contre, je possède déjà 18 exemplaires de la magnifique image inédite ; ne serait il pas possible de l'échanger contre un autre objet de valeur comparable ? J'ai pensé à :

* Une locomotive a vapeur (type R 1199 de préférence)
* Une paire de mocassins en cuir de pangolin (taille 42)
* Une photo dédicacée de Danielle Leduc (née Genault)

Merci d'avance

Lepoilux a dit…

Entrer dans le Club des Heureux Gagnants, c'est pénétrer un cercle très fermé. Il y a là un mystère quasi ésotérique. Je comprends l'émoi de monsieur Philippe M., de Nantes, j'en suis moi-même tout retourné et vais, de ce pas, me servir un petit cordial.
Néanmoins, Monsieur Paul, dans l'association du bonnet de Castor et Lepoilux, il y a quelque chose qui cloche, un je-ne-sais-quoi qui m'échappe.
A l'instar de mon corécipiendaire, je souhaiterais l'échanger contre autre chose, si possible le dernier 45 tours de l'artiste yéyé qui monte, Gilbert Bécaud ou, à défaut, les oeuvres complètes de Gloria Lasso.
Serviteur.

François a dit…

Ça me rappelle cette échoppe dans le quartier de Menilmontant, rue de la Mare. Un endroit où l'on pouvait apprendre l'anglais facilement.

À l'entrée se tenait un habitant de ses contrées lointaines qu'on appelait Cochinchine. Très souriant.

J'ai osé une fois lui demander:

"C'est vrai que vous donnez des cours d'anglais en 10 leçons pour 25 NF ?"

Ce à quoi il me répondit en me montrant la porte de son magasin:

"If, if ! Between !"

Lepoilux a dit…

Très fort, Monsieur François! Je dois avouer avoir eu du mal à comprendre le sens caché de votre dernière phrase. BRAVO!!!

Lepoilux a dit…

D'autant plus que votre britiche sentence pourrait très bien, selon la méthode phonologique de Miss Lymer, devenir "sea, sea, an tree", devenant ainsi "mer, mère, l'âne trait", puis derechef en saxon médiéval "regarde, mother, the donkey pulls". (Une indiscrétion m'apprend à l'instant que "GOUGLE TRADUCTIONS" a fait fortune en utilisant semblables méthodes)

jerome a dit…

Par une inadvertance tout à fait fortuite aussi bien que malencontreuse, j'ai cliqué sur l'image destinée à Messieurs Philippe M. et Lepoilux. Je me tiens à leur disposition pour la leur restituer dans les meilleurs délais.

Lepoilux a dit…

Non, non, vous pouvez la garder; vous êtes bien brave.

jean-paul charles a dit…

Humm... En tant que faisant partie de l'élite médicale internationale du monde entier de tous les temps, je ne peux que m'interroger sur la compétence des traductins sus-nommés et la véracité de leurs salmigondis littéraire. Tout cela sent la farce à plein nez et jette l'opprobre sur l'honnête translateur-amateur qui, nanti de son seul dictionnaire phonétique anglo-francilien, se démène comme un pauvre bougre pour faire éclater la vérité approximative sur les faussetés émisent en grand nombre sur ce blogue au demeurant sympathique. En tant donc que comme je l'ai dit au début, je vous colle deux suppositoires au camphre et l'interdiction formelle de jouer au curling entre 16h et 18h.
A bon entendeur, goût de baille.